III) ABCDaire sur le multimédia informatisé communicant

Glossaire de la Boîte à Outils Multimédias

(version Avril 2004) :

            Cette liste ouverte a été patiemment réalisée en fonction essentiellement des besoins repérés par les rédacteurs de MIP+, mais aussi par recoupement, partiel et ponctuel, avec d’autres glossaires. Toute remarque est la bienvenue : info@mipplus.org  Chaque mot* marqué d’un astérisque indique qu’il est lui-même renvoyé au glossaire. A chacun son jargon !

Acrobat : format d’échange (fichier .pdf pour Portable Document Format) de données défini par la société Adobe. Ce format est devenu une référence pour l’échange de textes, d’images entre plusieurs correspondants disposant, sur leur micro-ordinateur communicant, du freeware* «Acrobat Reader», téléchargeable sur de nombreux sites dont www.adobe.com. Des applications pédagogiques peuvent être mises en place avec cet outil pour un télé-tutorat. Acrobat est l'un des logiciels de type Plug-In*.

Adresse IP : chaque machine connectée sur Internet a un numéro d’identification unique : l’adresse IP (IP pour Internet Protocol). La norme actuelle est IPv4 (64 bits) avec une identification, avec quatre numéros du style 251.658.85.47, demain IPv6 (128 bits). L’adresse IP est fixe (identique à chaque connexion) ou dynamique (nouveau numéro à chaque connexion). Pour connaître le numéro IP de sa machine, il faut taper winipcfg dans la fenêtre «Exécuter» du menu «Démarrer» de Windows.

ADSL (Asymetric Digital Subcripter Line ou Ligne Numérique à Paire Asymétrique) : nouvelle technologie de modem* à très haut débit qui présente l'énorme avantage de fonctionner sur des lignes téléphoniques traditionnelles (RTC). Sur une seule ligne, portée par le bon vieux câble de cuivre, il est possible de faire passer à la fois une conversation téléphonique et une bande passante large, pour un haut débit Internet. Les débits générés par cette technologie ADSL sont nettement plus performants que les débits offerts actuellement par une ligne Numéris proposée par France Telecom (voir www.adsl.com). L’installation de l’ADSL ne peut se faire que sur un circuit court, donc en zone urbaine ! Les ruraux et «rurbains» devront se rabattre sur le satellite ou autres.

AICC (Aviation Industry Computer based training Committee) : spécification technique d’inter-opérabilité pour les plates-formes de télé-formation* issue d’un monde de l’industrie aéronautique nord-américaine assez forte consommatrice de e-formation*. Cette spécification, qui préconise neuf  GaR techniques (Guideliness and Recommandations), cherche à s’imposer comme une norme ! Voir site : www.educnet.education.fr/superieur/normes.htm Voir aussi spécification : IMS*

AIM (AOL Instant Messenger) : nom commercial de la messagerie instantanée* d’AOL* Voir aussi Yahoo Messenger, MSN Messenger et ICQ.

Analogique (voir numérique) : type de signal qui, de l'enregistrement, de l'exploitation, de la transmission jusqu'à la réception, respecte les proportions du phénomène à transmettre, exemple le téléphone, la télévision hertzienne, etc ... ; et en voie progressive de disparition au profit du numérique*. Un modem* transforme un signal analogique en signal numérique*, et inversement.

Apprenant : désignation de la personne qui se forme ou s’auto-forme dans un dispositif de formation continue. Par opposition à «élève» ou «stagiaire», le terme d’apprenant renvoie à une logique d’implication de la personne dans le déroulement de son parcours de formation individualisée. Le choix de ce terme souligne aussi la prise en considération des caractéristiques personnelles, aux plans conatif, social et professionnel de l’apprenant, par les formateurs/tuteurs en charge de la mise en oeuvre et de l’accompagnement de la formation. Dans un dispositif e-formation* de FOAD*, l’apprenant peut être un e-apprenant* !

Aide en ligne : partie intégrée d'un programme qui donne de l'information complémentaire sur l'action en cours au moment de la demande. Ces aides en lignes sont très présentes sur les progiciels* et les didacticiels*.

AOL (American On Line) : Nom du service en ligne* proposé par Cégétel (Filiale de Vivendi) avec l'appui de Compuserve, Havas, Canal+ et de AOL, premier fournisseur mondial d'accès Internet. Totalement compatible avec Internet* et accessible par abonnement, selon différents paliers forfaitaires, sur l'ensemble du territoire national, plus le coût d'une communication locale. Principaux concurrents "Wanadoo"* de France Telecom, "Club Internet" de Matra-Lagardère-Grolier et Tiscali.

Arbres de connaissances (A.D.C.) : Outils informatisés (Gingo, puis & SEE-K) développés par la société Trivium (www.trivium.fr) fonctionnant en réseau local ou distant, reposant sur une démarche collective d'organisation des savoirs (arbres des connaissances) qui permettent de visualiser et d'exploiter les compétences d'un individu ou d'un groupe d'individus pour une meilleure gestion des ressources humaines. Porte d’entrée du Knowledge Managment !

Arobasque, "Arobase" (arobas, ancienne mesure de poids espagnole) ou @ : Ce signe se prononce "at" dans une adresse électronique* (courriel ou E-mail) et signifie "chez"  dans l'association d'un nom et d'un service de messagerie électronique nom@fournisseur.xx. Mot de passe magique pour entrer dans la cyberculture* qui était déjà utilisé par les copistes, comme raccourci pour signifier "ad" (vers), d'où son apparition sur les claviers des premières machines à écrire. Il a été repris par les programmateurs informatiques pour identifier des fonctions, par exemple (@moyenne) et enfin, choisi par Ray Tomlinson, inventeur du courrier électronique* pour séparer, sans ambiguïté, le nom et le fournisseur.

Assistant Personnel ou PDA (Personnal Digital Assistant) : assistant électronique multifonction. Cet appareil, de format réduit de poche, permet, aussi bien de gérer son calendrier, son carnet d'adresse, ses textes et ses tableaux avec des progiciels compatible Word ou Excel, que ses messages emails* ou ses accès au Web* grâce à la technologie WAP* ou GPRS. Pour cela, le PDA doit disposer d'un modem*. Cet appareil peut être facilement synchroniser avec son micro-ordinateur pour récupérer et échanger les fichiers de données, avec, en particulier, des liens de type infrarouge. De nombreuses nouvelles applications se développent pour ce type de produit : plan de quartier, plan de route, positionnement GPS, bourse, jeux, MP3, photo, vidéo, etc … voir site : www.pdafrance.com

Asynchrone : modalité d'échange d'informations en différé.

ATM (Asynchronous Transfert Mode) : Technique de multiplexage et d'acheminement pour des réseaux multiservices à haut débit, par commutation de cellule, le nec plus ultra en terme de technique de communication !

Autodidaxie : capacité personnelle d’apprendre par soi-même, sans l’appui d’une médiation externe.

Autoformation : modes d’apprentissage individuel, plus ou moins tutoré avec des modalités synchrones* ou asynchrones*, permettant de se former selon sa motivation, ses besoins, son rythme et ses capacités. Voir la galaxie de l’autoformation sur le site Internet : www.umedia.univ-nantes.fr/PAGES/autoformation/

Autoroute de l'information (Digital highway) : il s'agit d'un projet mondial de relier par satellite et par câbles, par tous les moyens techniques disponibles, le plus grand nombre possible de sites informatisés (université, école, bureau, commerce, administration, foyer, etc...) pour une diffusion rapide et personnalisée d'informations et de programmes, essentiellement audiovisuels mais aussi informatiques. On tend ainsi vers un réseau de communication unique. On parle «d’unimédia».

Bande passante : Elle détermine physiquement la capacité d'échange sur une ligne reliant deux machines communicantes. Aujourd'hui, la norme sur une utilisation monoposte est de 28 800 Bauds* ou 33 600 Bauds*, voire  56 800 Bauds* (unité de débit de données informatiques = nombre de bits* par seconde) sur une ligne téléphonique de type RTC. Ce sont des Modems* qui relient des micro-ordinateurs sur des réseaux tels que des BBS* ou Babillard en français (serveur* local) ou Internet (serveur distant). Pour une utilisation répartie (multiposte), la norme est liée à une ligne dite spécialisée (RNIS*, par exemple) à 64 Kilo Bauds. Plage de fréquences d'un réseau exprimé en Bits*. Plus la bande passante est large et plus le réseau peut faire circuler de l'information simultanément.

Babillard/BBS (Bulletin Board System) : serveurs locaux de messages et d'informations accessibles par un micro-ordinateur équipé d'un Modem*. De plus en plus de BBS offrent des passerelles sur Internet. Deux technologies sont proposées: SIAM/France Explorer ou First Class. Les BBS sont en voie de disparition au profit de serveurs intégrant la technologie IP* (Internet Protocol).

Bauds : unité de performance d'un Modem* qui détermine le débit d'informations entre deux machines communicantes (soit par exemple ; 1 200 bauds pour le Minitel, 14 400, 28 800, 33 600 ou 56 600 bauds). Le bauds caractérise en fait la rapidité de modulation d'un signal. Quand celui-ci est binaire (c'est le cas pour l'informatique), la rapidité de bauds s'exprime en bit* par seconde. Pour l'histoire, c'est l'ingénieur Emile Baudot qui a exploré le premier ce domaine.

Bit : La plus petite information sous forme de 0 ou de 1 qu'un microprocesseur puisse traiter. Cette information dite numérique*, sous forme binaire, permet de coder tout type de messages (caractère, texte, son, image, fichier, etc ..). Cela provient de l'anglais contracté (Binary Digit). Huit bits forment un octet. Un octet encode un caractère selon une référence internationale (ASCII, la plus répandue).

Bogue ou Bug (à ne pas confondre avec virus*) : enveloppe de protection de la châtaigne mais aussi traduction de "bug" qui en anglais désigne un insecte et un problème (en argot). C'est tout simplement une erreur qui perturbe le bon fonctionnement d'un programme et qui peut planter* plus ou moins gravement le programme, le système ou la machine.

Boîte aux lettres : espace mémoire informatique d'un serveur (mini ou micro-ordinateur) où peuvent être envoyés et stockés des messages sous forme de fichiers informatiques (texte, son, image, etc...). A une boîte correspond une adresse électronique* (E-mail) et donc un compte POP* et un SMTP*.

Bookmark : voir signet.

Butineur (Browser, voir navigateur) : terme générique désignant un logiciel permettant de naviguer (ou de surfer) sur le Web.

CD-ROM (Compact Disc Read Only Memory) : Galette de plastique sur laquelle a été gravée une quantité importante d'informations numériques (texte, son, image et fichier informatique). Exemple typique de ressources dite "off Line". C'est un support sur lequel on ne peut que lire et pas modifier les informations. Un CD-ROM contient l'équivalent d'environ 400 disquettes informatiques classiques ou 25 000 pages de texte. Seuls les micro-ordinateurs équipés de lecteurs de CD-ROM ou de DVD-ROM peuvent les utiliser. Marché mondial en pleine expansion, voire explosion. De plus en plus de CD-ROM proposent une connexion sur Internet. Attention, les lecteurs de CD-ROM ne lisent pas les DVD-ROM !

CD-I : (Compact Disc Interactif). A peu près les mêmes caractéristiques qu'un CD-ROM* mais ne peut être lu que par un lecteur couplé à un poste de T.V. Il semble que cette technologie soit en perte de vitesse. Elle est susceptible d'être remplacée par une nouvelle norme DVD*.

Clavardage (Clavier + bavardage ou IRC pour International Relay Chat) : système qui permet des dialogues, par écrit et en temps réel, entre deux personnes distantes qui se retrouvent sur un espace de dialogue commun provisoire. La plupart des chats ne sont pas privatifs contrairement aux nouvelles messageries instantanées*. Des zones de clavardage sont disponibles sur de nombreux sites. A vous de trouver le bon ! On parle aussi de causette !

Chat : voir clavardage*.

Client (ou logiciel) : logiciel installé sur les machines des utilisateurs. Rien à voir avec «client»  ;))

Cliquer : action qui consiste à appuyer son index sur l'une des zones sensibles de la souris pour activer une fonction observable à l'écran. C'est le geste de base du cyberacteur.

Code source  : Listing complet d’un programme constituant la trame d’un logiciel. A partir de là, toutes les modifications et améliorations sont possibles (voir exemple de Linux*). Il faut compiler le code source pour obtenir le programme prêt à l’emploi.

Collecticiel (contraction de «collectif» et «logiciel», extension de logiciel, didacticiel, progiciel, etc...) : Applicatif informatisé permettant la mise en commun d'informations numérisées (texte, son, image, fichier, etc...) à distance, de manière synchrone* ou asynchrone*, en vue d'un échange entre au moins deux interlocuteurs disposant d'un micro-ordinateur communicant* ; BBS*, Internet*, Intranet*, Notes*, Visiophonie*, Arbres de connaissances*, Mayetic Village, AIM, Yahoo Messenger, ICQ*, etc ....

Contentware par opposition à "Software" et "Hardware" : Tout ce qui ne relève ni de la programmation ni de la machine, c'est-à-dire le contenu propre de l'information numérisée; savoir, culture, jeux, fonctionnalité, base de données, base de connaissances, etc ...

Cookie (voir témoin) : fichier informatique stocké sur le disque dur qui enregistre l’historique de navigation d’un internaute*. Ce fichier peut servir de mouchard pour connaître les habitudes des internautes* (site visité, fréquence, horaire, etc…) Il peut permettre aussi d’apporter des informations plus personnalisées  par les FAI*. Les navigateurs* donnent la possibilité d’activer ou de désactiver les cookies.

Courriel ou courrier électronique (E-mail ou Mél en français, Mail venant lui même du vieux français «Malle Poste», voir aussi messagerie) : message échangé entre deux ordinateurs. Première activité du réseau Internet*. Par opposition au courrier traditionnel lent "snail-snail" ou "escargotique" ! A éviter, de préférence, les textes longs, les accents et les polémiques ; voir la Nétiquette*. Pour échanger du courrier électronique, il faut disposer d'un logiciel de messagerie (un mailer comme Eudora, Pegasus, Internet Mail, Messenger, Outlook, etc...) et d'une adresse E-mail de type : nomdulogin@sous-domaine.domaine.pays ou .autre comme .org pour les organisations institutionnelles, .com pour les organisations de communication, .firm pour les entreprises, .store pour les entreprises faisant du commerce sur le Web, .web pour les fournisseurs de service sur Web, .arts pour les organismes liés à la culture, .info pour les fournisseurs d’informations, .rec pour les sociétés avec une activité de type ludique, et enfin dans un proche futur, on pourrait voir apparaître ; .nom pour les individus .union pour les syndicats, .museum pour les musées, .kids pour les enfants, .sex pour les adultes, .post pour les postes, etc ... (normes internationales issues de l’ICANN www.icann.org). Chaque adresse Email renferme le fameux @*.  On retrouve les mêmes suffixes pour les adresses des sites Web*.

Cryptage : Procédé qui permet de coder (et de décoder) une information afin de la rendre illisible donc inutilisable, à l’exception de son destinataire lorsqu'elle transite sur un réseau*. Le cryptage est actuellement l’objet d’un enjeu autour du commerce électronique (N° de carte bancaire, par ex).

CU-See-me (Je te vois, tu me vois !) : Logiciel freeware* permettant de développer un système de visioconférence sur micro-ordinateur, via le réseau d'Internet. En fait, il s'agit d'un système de visiophonie de deux jusqu'à huit interlocuteurs simultanés.

Cyber (gouvernail en grec) : préfixe qui se rapporte aux modes de pensées et de vie liés aux nouvelles technologies de la communication (cyberespace, cybersexe, cyberculture, cybercafé, etc ...) L'origine de ce mot est grecque et signifie "gouverner". Cyber a servi, en 1945, à former le mot cybernétique*. Aujourd'hui, le sens a évolué sur tout ce qui  est virtuel et/ou multimédia, comme par exemple le cyberespace (voir roman de science-fiction de Gibson "Neuromancien" paru en 1983 et qui reste aujourd'hui une référence).

Cybernétique : science de la communication et des régulations au sein des organismes vivants ou des machines.

Didacticiel (contraction de «didactique» et «logiciel», extension de logiciel, progiciel, etc...): Applicatif informatisé permettant la transmission ou l’appropriation de savoir ou de connaissance. Plusieurs types de didacticiels peuvent être mentionnés : les tutoriels* ou les exerciseurs*, les simulateurs pédagogiques* et les hypermédias*.

DNS (Domain Name Service) : Système de codage permettant d'identifier, de proche en proche,  tout serveur* d'informations raccordé sur Internet de manière unique.

DVD (Digital Versatile Disk ou Digital Video Disk) :  Nouveau standard (1997) de disque optique, de stockage d'informations numérisées, de très haute capacité, qui devrait remplacer à terme le bon vieux CDROM*. Le DVD est décliné en DVD-Vidéo (le premier qui sera sur le marché mondial grand public), le DVD-Rom (pour le secteur de la micro-informatique) et le DVD-Ram (disque ré-inscriptible). En moyenne, un DVD-Rom stocke sept à quatorze fois plus d'informations numérisées qu'un CD-ROM. Possibilité d'avoir plusieurs heures d’images, plusieurs bandes sons (français et anglais par exemple), etc... Les lecteurs de DVD-Rom sont capables de lire les CD-Rom (compatibilité ascendante !).

Editeur HTML : logiciel pour créer ou éditer des pages HTML. Les éditeurs «Sources» travaillent directement sur le code de la page HTML, alors que les éditeurs «Wysiwyg» (tel écrit tel écran) affichent directement la visualisation des pages, ce qui permet de les travailler sans connaître le code HTML.

e-apprenant : désignation de la personne qui se forme dans un dispositif de e-formation*. Le e-apprenant possède un matériel dernier cri et maîtrise parfaitement les NTIC.* Il respecte la nétiquette*, contribue régulièrement dans les forums*, répond rapidement à toutes ses e-mails*, participe à tous les chats* et visiophonies* programmés à l’heure h et au jour j, télécharge sans problème tous les documents ou outils et publie, juste à temps, ses travaux. Bref, le-apprenant fait preuve d’une motivation indéfectible qui lui permet de surmonter tous les dysfonctionnements qui pourraient surgir, soit dans son travail avec une plate-forme de télé-formation*, soit dans l’organisation de son parcours de formation à distance. Bref, c’est l’apprenant distant virtuel rêvé !

e-communauté : rassemblement d’internautes* actifs dont, par exemple, des e-apprenants*.

e-formation (pour électronique-learning, c’est-à-dire «formation avec les NTIC» ou «formation en ligne», ou «e-formation» pour nos collègues québécois»). Il s’agit d‘un champ d’activité en pleine expansion et qui cherche ses repères tant pédagogiques qu’économiques, mais qui semble, selon les entreprises, les grandes en particulier, avoir un avenir réel. La e-formation peut être vue comme un sous-ensemble des FOAD*. La grande majorité des formations de type e-formation repose, soit sur Internet*, soit sur Intranet* avec des plates-formes de télé-formation* (LMS as Learning Management System). La tendance actuelle est à l'hybridation des dispositifs de e-formation, c'est-à-dire vers des approches plus exclusivement via les réseaux technologies.

e-learning (voir e-formation) : En 2000, la Commission Européenne définit le «e-learning» comme «l’utilisation des nouvelles technologies multimédia et de l’internet, pour améliorer la qualité de l’apprentissage en facilitant l’accès à des ressources et des services, ainsi que des échanges et la collaboration à distance».

EAO (ou CBT en anglais pour Computer Based Training) : Enseignement Assisté par Ordinateur, Enseignant Assisté par Ordinateur, ou Elève Assisté par Ordinateur. Hier, c'était les disquettes et les cédéroms ; aujourd’hui, avec Internet et les dévédéroms, on préfère parler de «multimédia  pédagogique». C’est plus chic ! Voir aussi WBT*

EPSS (Electronic Performance Support System) soit système électronique de support à la performance ou assistant électronique à la performance au poste de travail. Il s’agit d’une forme de concrétisation du concept de granule* pédagogique dans une logique juste à temps. Ce mini cours en ligne est disponible en ligne* et à la demande, car intégré et accessible du poste de travail, en fonction d’une tâche en cours. Les EPSS peuvent être aussi des micro-séquences de formation accessibles sous forme d'aide contextuelle.

En ligne (on line) par opposition à hors ligne (off line) 1) Pour un support : tout système d'information transitant par un réseau en temps réel (Internet via un Fournisseur d’accès (FAI) comme Wanadoo, AOL, Club-Internet, Free, Tiscali, ou autres); soit de manière synchrone*, c'est-à-dire en temps réel, soit de manière asynchrone*, c'est-à-dire en différé. C'est le monde impalpable de l'information. Les systèmes "en ligne" permettent une actualisation rapide mais sont accessibles uniquement aux personnes connectées sur ce réseau - 2) Etre en ligne : c'est travailler avec un  micro-ordinateur connecté sur un réseau (Internet* ou Numéris*).

Exerciseur : didacticiel conçu pour répéter des opérations de base, en vue de faire acquérir un apprentissage précis. Un exerciseur offre un choix d'exercices sur des thèmes spécifiques. Ces exercices permettent de manipuler des données selon les règles à acquérir. Le tirage de ces données peut être aléatoire. L’exerciseur met l'apprenant en situation d'activité constante et progressive. Il renvoie une correction, plus ou moins immédiate et systématique des réponses, qu'il affiche sous forme de score, en général avec des taux de réussite, en pourcentage, ou des notes.

Extranet : Ouverture partielle d'un Intranet* vers l'extérieur, via le protocole Internet*, pour des personnes autorisées et sélectionnées.

FAI : Fournisseur d’Accès à Internet. Partenaire commercial indispensable pour se connecter sur le réseau des réseaux, souvent par des forfaits, quelquefois gratuits !

FAQ : Frequently Asked Questions (questions fréquemment posées) traduit en québécois par Foire Aux Questions. Pour éviter de répondre à des questions souvent (trop souvent !) posées, les cyber-acteurs ont créé ces espaces qui rassemblent, par anticipation, les réponses les plus attendues. Tous les sites Internet ont leur Foire Aux Questions. On conseille aux débutants de commencer leur exploration par là. Sur Internet, les abréviations (la plupart en anglais, c'est plus branché !) sont très utilisées dans les messages échangés. Si c'est pour gagner du temps, c'est aussi pour développer une culture des cyberbranchés ! Voici les plus fréquents : C.U. pour see you (à bientôt) - BTW (By The Way) pour "à propos de" - IMHO  (In My Humble Opinion pour "à mon humble avis" - TTYLOB pour Talk To You Later, On the Board pour "à la prochaine, sur le BBS" - YABA (Yet Another Bloody Acronym) pour "Encore une foutue abréviation !" ou bien RTFM (Read The F.... Manual) pour inciter  (fermement !) un néophyte à lire la documentation contenue dans les manuels ou les F A Q plutôt que de déranger trop souvent les profs d'Internet via leur E-mail*.

FTP (File Protocol Transfert) : protocole réseau qui assure le transfert de fichier d'un micro-ordinateur communiquant vers un autre micro-ordinateur communiquant par téléchargement.

Flamme électronique (Mail Bomb) : paquets de messages sans contenu pour submerger la boîte aux lettres électronique d'un acteur d'Internet qui ne respecte pas les règles de la nétiquette*.

Fournisseur d'Accès à Internet (FAI ou Access Provider) : société de service qui vend un kit de connexion avec un abonnement forfaitaire d'usage. Ce marché se concrétise par l'attribution d'une adresse électronique* (E-mail*) et l'enregistrement sur un registre DNS*. Ces sociétés achètent "en gros" de la bande passante et la revendent au détail. L'accès se fait, soit via un Modem* sur les lignes téléphoniques (RTC), soit via une ligne spécialisée plus performante (Numéris*) ou bien à haut ou très débit, via l’ADSL (ligne téléphonique, câble, satellite ou autre). Voici quelques Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) ADSL à  512 Kbits/s : 9 TELECOM (www.neuf.com) - AOL (www.aol.fr) - CARIO : (www.cario.fr) - CHELLO (via le câble www.chello.fr) - CLUB-INTERNET (www.club-internet.fr) - FREE (www.free.fr) - NOOS (via le câble www.noos.fr) - NUMERICABLE (via le câble  www.ncnumericable.com) - TELE 2 (www.tele2.fr) - WaNADOO (www.wanadoo.fr), et aussi, à plus de 1 024 Kbits/s : 9 TELECOM (www.neuf.com) - CARIO (www.cario.fr) - FREE (www.free.fr) - TISCALI (www.tiscali.fr) - CLUB-INTERNET (www.club-internet.fr) - NUMERICABLE (via le câble www.ncnumericable.com) et enfin,  WaNADOO (www.wanadoo.fr).

FOAD : (Formation Ouverte et à Distance) : L'UNESCO caractérise les formations ouvertes par "une liberté d'accès aux ressources pédagogiques mises à disposition de l'apprenant, sans aucune restriction, à savoir : absence de conditions d'admission,  itinéraire et rythme de formation choisis par l'apprenant selon sa disponibilité et conclusion d'un contrat entre l'apprenant et l'institution". Les cinq piliers des  formations ouvertes sont : une politique (aménagement du territoire, démarche qualité, lutte contre l’exclusion, apprentissage tout au long de la vie, etc …), une logique d’action centrée sur les besoins de l’apprenant avec une volonté de renforcer l’individualisation, voire l’auto-formation, la rupture de l’unité de temps, d’action et de lieu de la formation, la notion de partenariat dans une approche de type "glocalisation" et l’intégration des technologies de la communication et de l’information. Le sens anglo-saxon «Open» renvoie à la notion d’accès libre (sans diplôme pour l’Open University) !

Forum (NewsGroup ou Groupe de discussion) : forum en ligne asynchrone où l'on échange des informations, des idées, des remarques, sur des sujets très, mais alors, très variés. Il existe des services qui donnent la liste et les thèmes des principaux forums sur Internet ou sur des BBS*, du professionnel au culturel en passant par ... n'importe quoi, mais presque toujours en anglais ; alt (alternative), biz (business), comp (computer), soc (social), sci (science); misc (divers), et rec (recréatif) ! Les «News» sont des extraits reconstitués des forums et envoyés aux abonnés.

Freeware (ou graticiel, voir aussi Shareware) : Logiciel gratuit mis à la disposition de tous, principalement par téléchargement. Ce sont des applications ponctuelles dans des domaines aussi variés que la bureautique, la navigation, les sciences, les langues, les arts, la communication, etc .... 95% sont en anglais. Ce sont les freewares qui ont engendré les premiers flux de téléchargement grand public sur Internet.

Fibre optique : Support de transmission véhiculant de l'information plus efficacement sous forme de signaux lumineux (à la vitesse de la lumière).

Générateur d’Interactivité Multimédia ou (GIM) : ensemble de logiciels permettant la création, d’agencement et, de plus en plus souvent, de la mise en ligne de ressources multimédias* interactives à vocations pédagogiques.On peut distinguer quatre types de générateurs : «les outils non dédiés» (comme les progiciels Word, Powerpoint Acrobat ou bien Flash, Dreamweaver, etc…) pour concevoir des ressources «jetables ou légères», «les générateurs spécialisés» (Générateur comme Hot Potatoes, QuizFaber, Speaker, Gen Sam, Kit-Parcours ou TAMTAM) pour des ressources «ciblées ou adaptables»; «les générateurs intermédaires» comme Articulate, Breeze, Speechi, Robodemo, Viewlet Builder ou scénari), et enfin, «les outils de développement» comme Atelier, Director, E-Learning Maker, Médiator, MOS ou Tool Book) pour des ressources «professionnelles ou mutualisables»

GED (Gestion Electronique de Documents) : Approche informatisée qui permet de gérer la création, la circulation, le classement et l'archivage de documents sous formes électroniques. Les plates-formes de téle-formation* récentes intègrent la GED.

Granularité des ressources pédagogiques  : niveau de découpage, restant cohérent et compatible, d'un contenu pédagogique selon un référentiel "Diplôme" ou un référentiel "Métier" en une série d'items élémentaires,  que l'on peut re-combiner dans le déroulement de parcours, en fonction des besoins de formation de chaque personne. La recomposition peut être plus ou moins facilitée avec un support en ligne (plate-forme de téléformation*) ou hors ligne (en centre de ressources). On entre, alors, dans l’industrialisation du savoir ! Ne pas confondre, granules et grumeaux, soupe pédagogique industrielle, volupté de savoir sur mesure et e-bouillon, pour éviter les indigestions de connaissances mal liées ;:)

Glaneur ou moteur de recherche (search engine) : outils de recherche sur les annuaires des WEB* pour localiser une information précise. D’après une enquête 2001 de l’institut Xiti, les moteurs de recherche sur la toile francophone, les plus utilisés sont dans l’ordre ; GoogleTM, YahooTM, VoilaTM, LycosTM, MSMTM et AltavistaTM. Voir aussi HotbotTM, CopernicTM, Ariane6TM, mais aussi les nouveaux tels que WisenutTM, VivisimoTM, TeomaTM, KartooTM etc .... Chaque outil a ses propres caractéristiques (vitesse, précision, actualisation, etc...) ; du grand public, à l'outil réservé aux chercheurs...

Groupe de discussion (newsgroup* ou Forum) : Espace d'échange (accès libre ou limité), consultable auquel on peut participer via le courrier électronique*.

Hacker (Fouine) : Personne cherchant à pirater des données stockées ou transitant par les micro-ordinateurs en cassant des clés d'accès via les réseaux, dont le réseau Internet* !

Hors ligne (off line) par opposition à en ligne (on line) 1) Pour un support :1) Tout système de traitement informatique d'informations dont on peut tenir les supports dans ses mains comme les disquettes, les CD-ROM*, les DVD-ROM, les clés USB, etc ... 2) Etre hors ligne, c'est travailler avec un micro-ordinateur déconnecté, c’est-à-dire qui n’est pas ou qui n’est plus relié à un réseau (Internet* ou Numéris*).

Hot Spot : ce sont des lieux publics et privés équipés d’antenne Wifi* (Wireless Fidelity) permettant à des micro-ordinateurs portables munis de cartes Wifi* de se connecter directement sur Internet*.

HTTP (HyperText Transfert Protocol) : protocole de communication de bases d'informations en mode hypertextes, reposant sur des liens, de type HTML*. Ce protocole a fait le succès du WEB* et donc d'Internet. Il a été mis au point au CERN de Genève.

HTML (Hyper Text Mark-up Langage) : langage évolutif de définition d'écriture de documents multi-médias compatibles avec le protocole de communication HTTP* et le navigateur* utilisé. C'est le protocole actuel du WEB. Vu la saturation prévisible des échanges sur le WEB, un nouveau protocole moins gourmand en place est actuellement en développement DRP pour (Distribution and Replication Protocol), DHTML (pour Dynamic HTML), ou XML, à suivre….

Hypermédia (contraction d’hypertexte* et multimédia*) : ressources numériques intégrées sur un même support, constituées de données de nature différente (texte, son, image et fichier) avec des liaisons multiples qui donnent, à la consultation de ces ressources, une dimension réticulaire. Hypertexte renvoie à hypermédia. L'hypertexte favorise une approche de l'information par association d'idées. Terme inventé par Ted Nelson en 1965 !

Hypertexte : Liaison de certaines informations (mots, icône, zone) vers d'autres informations (texte, son, image, action, etc ...) qui donne à la consultation d'une base de données quelconque, une dimension réticulaire, c'est-à-dire non linéaire. Hypertexte renvoie à hypermédia. L'hypertexte favorise une approche de l'informations par association d'idées. Terme inventé par Ted Nelson en 1965 !

ICQ / Mirabilis-AOL/Time Warner (I Seek You ! en français : Je te cherche !) : Logiciel freeware* permettant de développer des applications de type collecticiel* entre plusieurs personnes simultanément connectées sur Internet et préalablement enregistrées sur ce service gratuit. Cela va des échanges de messages, de «chats*», des envois de fichiers, des écrans partagés, des jeux, jusqu'à la visiophonie*, etc.... Téléchargeable sur le site : www.mirabilis.com ou www.icq.com. Cela permet de voir, parmi ses amis ou collègues, qui est connecté sur Internet ! Nouveau système de messagerie instantanée*, en concurrence avec MSN Microsoft,. Voir aussi AIM d’AOL ou Voilà de France Telecom.

IMS (Instruction Management System global Leaning) : spécification technique d’inter-opérabilité pour les plates-formes de télé-formation*, issue d’un consortium nord américain. Cette spécification s’intéresse aux méta-données des contenus et des activités pour assurer une traçabilité des parcours d’e-formation & une meilleure inter-opérabilité. Voir : www.educnet.education.fr/superieur/normes.htm  Voir aussi spécification : AICC*

Interaction : caractérise les échanges directs, synchrones ou asynchrones, entre deux personnes : apprenant-tuteur, apprenant-formateur ou apprenant-apprenant.

Interactivité : capacité d'un programme de créer une situation d'échange avec un utilisateur. On peut distinguer plusieurs niveaux d’interactivité : fonctionnelle, intentionnelle (CF : Eric Barchechat) ou organisationnelle (CF : BOM MIP+). Joêl de Rosnay parle lui d’interactivité fermée ou d’interactivité ouverte en fonction du type de média utilisé. Plus une ressource est interactive et plus l'utilisateur pourra modifier le déroulement de son parcours par ses interventions.

Interface graphique : affichage sous forme graphique (menus, boutons, icônes, etc ... ) de commandes accessibles avec la souris.

Internaute, cyberacteur ou cybérien : Personne active sur le réseau Internet. En 1999, 50% des internautes étaient nord-américains ! Une étude du CSA, commandité par le Ministère de l’Industrie (source www.industrie.gouv.fr/infopres/presse/syntCSA.pdf) évaluait, en 2003, à 42% des ménages français équipés d’un micro-ordinateurs et 28% connectés sur Internet.

Internet : Réseau des réseaux ! Réseau mondial d’ordinateurs communicants, respectant le protocole d’échange IP * Internet est né en 1969. Il est devenu accessible au grand public en 1994. Voir le diaporama multimédia «Net Express» accessible en ligne sur le site Wanadoo de France Télécom : www.wanadoo.fr à la rubrique «Wanadoo et moi». La norme est IPv4 (64 bits), demain IPv6 (128 bits)

Interopérabilité : Capacité des machines et des logiciels à échanger des informations ou à interagir, (critère de qualité pour une plate-forme de téléformation)*.

Intranet : Réseau local  ou distant, dont l'accès est limité à un groupe restreint de personnes, utilisant les mêmes protocoles et les mêmes outils qu'Internet, très complémentaire d'Internet*. C'est un secteur économique en forte croissance, en particulier en entreprise.

IP (Internet Protocol) : protocole international d'échange de données sur Internet*, Intranet* et Extranet*.

IRC (Internet Relay Chat) : système qui permet des dialogues par écrit, en temps réel, entre deux ou plusieurs personnes distantes. Voir clavardage*

JAVA : langage de script universel (multi-plateforme), conçu par SUN, permettant l'échange et la diffusion dynamiques de données sur Internet, via des routines téléchargeables, appelés Applet. Ces applets sont facilement exécutables sur le Web*.

JPEG (Join Photographic Experts Group) : l’un des formats d’image, principalement pour les photos utilisées sur Internet.

Langue internationale d'Internet  : L'anglais est la langue la plus répandue sur Internet même si de plus en plus de communautés investissent Internet  justement pour défendre et mettre en avant leur propre langue ; Français, Espagnol, Arabe, etc ... Pour rappel, le WEB* est une invention européenne (CERN à Genève).

Linux (le pingouin !) : Linux est un système d'exploitation libre basé sur la licence GPL (Gnu Public License), c’est-à-dire quasi-gratuit. Ce système d'exploitation pour micro-ordinateur et serveur présente la caractéristique de ne pas être un système propriétaire (date de création  1991). Son concepteur, un finlandais nommé Linus Torwalds, a volontairement laissé les codes sources* de ce système d'exploitation* à disposition de la communauté scientifique internationale. Ce choix permet d'assurer son évolution en intégrant des développements innovants. Linux est compatible pour micro-ordinateur PC, Mac ou station de travail. Les premiers utilitaires et logiciels, bureautiques en particulier, compatibles Linux sont disponibles : http://www.lmb.cnrs.fr/LMB.html Au départ, les procédures d'installation de Linux demeuraient un peu complexes. Aujourd’hui les procédures, et son interface graphique, se sont nettement améliorées. Linux a été conçu, à partir d’Unix, par Internet et pour Internet ! La communauté des internautes participe activement à son développement vers les entreprises et le grand public. Ce mouvement, en plein développement, est une réaction à la situation de quasi monopole du système d'exploitation* Windows de Microsoft. Voir www.aful.org, www.linux-center.org ou www.demolinux.org

Logiciel libre : Logiciel dont le code source* est public. Il peut être ainsi copié, diffusé et modifié librement (voir exemple de Linux*).

Mayetic Village (www.mayeticvillage.fr) : outil collecticiel* ou espace collaboratif, développé avec une série de briques logicielles (Quikplace) et basé sur les technologies Domino Lotus d’IBM et OpenPortal, pour l’activité distance d’une e-communauté.

Messagerie (voir courrier électronique) : Protocole d’échange asynchrone d’Email*, par écrit et en quasi-direct avec un internaute* possédant une adresse électronique*.

Messagerie Instantanée : Protocole d’échange synchrone d’Email* (mais aussi de fichiers, de sons, d’images ou d’application) en direct, avec un correspondant préalablement repéré et autorisé. Contrairement à la messagerie classique, la messagerie instantanée permet de sélectionner les interlocuteurs pour discuter, jouer, travailler, communiquer et apprendre. Quatre technologies, non compatibles pour l’instant, essayent d’attirer à elles un maximum d’utilisateurs; «ICQ» Mirabilis/AOL, «AIM» d’AOL, «Yahoo Messenger» de Yahoo, et «MSN Messenger Service» de Microsoft, natif sur Windows XP, et «Messager de Voila» de France Telecom. A mi-chemin du téléphone et de la messagerie* classique.

Micro-ordinateur communicant : Compatible PC ou Macintosh relié à un réseau* via un Modem* ou une Interface Numérique (MODEM Numérique !)

Mime (Mutlipurpose Internet Mail Extension)  : Standard de codification des messages électroniques.

MIPS (Million d'Instruction Par Seconde) : Unité de compte de la vitesse d'action d'un micro-processeur. En 1984, la valeur moyenne était de 0,5, en 1995 elle dépassait 1000 !

Modem (Modulateur-Démodulateur) : boîtier électronique assurant d'abord la transformation de données numériques (micro-ordinateur) en données analogiques, puis le transport de ces informations codées (texte, son, image, fichier) entre deux ordinateurs via un réseau physique (téléphone essentiellement pour aujourd'hui) ; de 28 800, à  128 000 bauds (bit/seconde) en passant par 33 600. Attention, pas besoin de modem* pour une connexion Numéris, mais une «interface numérique» !

Modérateur : personne désignée dans un forum pour lire les messages et les valider dans leur forme ou leur contenu avant de les basculer pour la consultation générale (voir Nétiquette*). Tous les forums (newsgroup)* ne sont pas modérés.

M.O. : Méga-Octets : unité de mesure de l'information numérisée.  M.O. équivaut approximativement à 1 million d'octets, sachant qu'un octet permet de stocker et de manipuler un caractère. Un cédérom contient plusieurs centaines de M.O. Un disque dur de micro-ordinateur dépasse le Giga-Octets. Un cédérom * contient plus de 600 M.O.d'informations numérisées, un dévédérom plus d’un 4 G.O. 10 M.O. renferme une minute de son haute fidélité. Après le Méga-Octet (1 million d'octets), il y a le Giga-Octet (1 milliard d'octets, 20 G.O. contiennent l'intégralité de l'oeuvre de Beethoven), puis le Tétra-Octet (1 000 milliards d'octets, tous les ouvrages d'une bibliothèque universitaire tiennent dans 2 T.O.), le Peta-Octet (1 million de milliards d'octets, toutes les capacités de mémoire des disques durs produits depuis 1995 correspondent à 20 P.O. et contiennent l'intégralité de l'oeuvre de Beethoven), et enfin, l'Exaoctet (tous les mots prononcés depuis le début de l'humanité sont estimés à 5 E.O). Source : EMC Direct voir : www.sims.berkely.edu/how-much-info

MP3 : format informatique de fichier pour les sons et la musique qui permet de compresser la taille de fichiers sans en altérer la qualité. La norme MP3 est à l’origine de la très forte diffusion, légale et illégale, de la musique via le réseau* Internet* (voir logiciel Napster*, Gnutella ou autres). L’un des portails* les plus utilisés pour cette question est : www.mp3.com ou www.mptrois.com. Prochaine norme annoncée après le MP3 : AAC.

Multimédia : intégration numérique, sur un même support, de données de nature différente (texte, son, image et fichier). Le multimédia favorise fortement la convergence de la TV, du micro-ordinateur et du papier. On va vers l’uni-média !

MUD (Multi-User Dungeons): Cet acronyme provient de la logique ludique d’Internet. Initialement les MUD étaient (et sont toujours) des jeux de rôle multi-usagers interactifs sur Internet*. Aujourd’hui le concept «MUD» évolue vers «Multi-User Dimensions» (en français = les Applications de Dimension Multi-Usager),. La technologie MUD, basée essentiellement sur la page de texte, peut être utilisée pour la formation et l’éducation de plusieurs manières. Pour se connecter à un serveur MUD, on peut utiliser un logiciel client du type Telnet*, mais mieux vaut trouver un client spécialisé. En formation-éducation, les M.O.O. (MUD, Object Oriented, prononcer : M’OU) sont les plus utilisés car ils ont intégré un langage de programmation sophistiqué.

Murphy (Loi de Murphy) : Loi qui prédit que le pire n’est pas impossible !                                                                         voir www.multimania.com/courtois/murphy.htm

Napster (voir www.napser.com) : logiciel freeware donnant accès gratuitement, par échanges entre internautes, à un catalogue mondial de morceaux de musique téléchargeables au format MP3. Une importante polémique est actuellement en cours autour de l’usage gratuit de cet outil.

Navigateur (fureteur voir Browser en anglais) : programme indispensable pour naviguer sur Internet ou surfer* sur le Web * (Netscape Communicator d'AOL, Mosaic, Internet Explorer, Opéra d'Operasoftware ou France Explorer de Jet Multimédia) utilisant le protocole HTTP pour restituer les pages HTML* disponibles sur tous les serveurs*. Ne pas oublier de télécharger les plugs-in* qui vont avec ….

NC (Net Computer) : Par opposition au PC (Personnal Computer), ces nouvelles machines, souvent annoncées et jamais proposées, tireraient leur intelligence et leur mémoire directement du réseau Internet. Cela permettrait, d'une part de vendre des machines à un coût réduit et, d'autre part, de développer une logique de service en ligne très poussée. Il s'agit d'un enjeu technico-économique majeur. Mais il semble que les cures d’amaigrissement continues des coûts des PC contredisent cette évolution. On parle déjà, comme pour les téléphones portables, de vrai PC gratuit !

Net : surnom d'Internet.

Nétiquette : ensemble de règles de bon sens visant à faciliter les échanges sur Internet ou tout autre collecticiel ; "Le lecteur, jamais tu n'oublieras - L'administrateur, tu n'agresseras pas - La prudence dans les écrits, tu emploieras - Brièvement, tu écriras - Des titres clairs, tu choisiras - A l'audience toujours, tu penseras - A l'humour et aux sarcasmes, gare tu prendras ! - Le droit d'auteur, tu respecteras - Globalement tu penseras, localement tu agiras - Les références, tu citeras - A ton auto-promotion, tu résisteras". Voir, par exemple :

www.cite-sciences.fr/apprendre/francais/guide/fs_global.htm

http://netiquette.boite-a-idees.net/

http://www.reseau-medias.ca/fre/netiquette.htm

http://www.learnthenet.com/french/html/09netiqt.htm

NTIC : Nouvelle Technologie de l’Information et de la Communication ou plus prosaïquement le micro-ordinateur et toutes ses applications.

Numérique (Digital), voir analogique : mise en forme d'informations (texte, son, image et fichier) par addition de bits* exploitables par les microprocesseurs, stockables et reproductibles par les mémoires des ordinateurs et transportables par les réseaux, le tout sans perte ou altération.

Numéris (ISDN) : nom commercial du Réseau Numérique à Intégration de Service de France Telecom (RNIS) qui permet un échange de données accéléré et optimisé. On s'abonne au réseau Numéris. Les deux offres commerciales Numéris de France Telecom sont : DUO et ITOO. La technologie Numéris est concurrencée par la nouvelle technologie ADSL*.

Octet : Unité de codage informatique. Tout caractère alphanumérique est stocké sur un octet. Un octet équivaut à 8 Bits*.

Partage d'application ou de prise en main à distance : logiciel permettant à plusieurs personnes distantes d'utiliser la même application simultanément sur leur micro-ordinateur respectif connecté. Par exemple pc Anywhere est un logiciel professionnel de télémaintenance en micro-informatique, conçu et édité par Symantec, aujourd’hui utilisé à des fins pédagogiques pour la prise en main à distance de postes de travail d’apprenants (voir aussi les freewares* : Net Meeting, VNC, CVS ou Timbokto) .

Partagiciel (synomyne de collecticiel*) : logiciel facilitant la mise en commun de documents de travail à distance ; Notes de Lotus, tous les logiciels de messagerie (mailers comme Eudora, Pegasus, Outlook, Mail, etc...), les BBS*, les logiciels de visiophonie ou de visioconférence (partage d'écran, avec une table digitale, une prise en main à distance, etc... Les partagiciels peuvent être synchrones* ou asynchrones*. A ne pas confondre avec Shareware* !

Pay-per-view : action qui consiste à payer exactement ce que l'on a consommé par enregistrement ou par téléchargement. Cela s'applique, pour l'instant, plutôt aux émissions de T.V. ou films sur les chaînes numériques. Un abonné à la nouvelle chaîne "C:" de Canal Plus Numérique pourra télé-charger sur son micro-ordinateur, via le satellite et un décodeur à carte,  des jeux/didacticiels sur ce principe, en payant selon sa consommation. 

pc Anywhere : Logiciel professionnel de télémaintenance en micro-informatique, conçu et édité par Symantec, aujourd’hui utilisé à des fins pédagogiques pour la prise en main à distance de postes de travail d’apprenants. (voir aussi le freeware : VNC ou Timbokto).

PDA : voir Assistant Personnel.

Planter : action qui consiste, en cliquant sur une icône ou un mot, à bloquer par erreur ou par déconnexion, l'ordinateur avec lequel on travaillait. Désagréable ... Lorsque l’on «plante» trop souvent son ordinateur, il est conseillé de revoir la configuration et de vérifier si un virus n'a pas endommagé le système d'exploitation*.

Play & Learn (jouer et apprendre) : philosophie du ludico-pédagogique très en vogue dans le monde de l'édition du multimédia, pour les enfants jeunes et moins jeunes ...

Player : logiciel de visualisation de programmes de type TV pour micro-ordinateurs, en général transmis via Internet ou sur support CDROM ou DVDROM. Trois standards, non compatibles entre eux, existent  aujourd'hui : QuikTime d'Apple, Médiaplayer de Microsoft et Realaudio Realnetworks.

Plate-forme de téléformation (en anglais : Learning Management System, voir aussi à portail de télé-formation) : ensemble d’outils informatiques concertés et coopératifs* dédiés à la formation à distance et portés via une logique Internet* ou Intranet*. "Ariadne" de l'association européenne Ariadne - "Cybéosphére" d’Arc en Web - "Campus virtuel" de Trigone Cueep (édité Archimed) "Class Leader" - "CourseInfo" de Black Board - "Docent" de Docent - "E-Teach" - "Ingénium" & "Aspen" de Clic2learn - "Learning Space" d'IBM Lotus - "Luvit" de Luvit - "Pleiad" du CNAM Pays de la Loire : www.cnam.fr - Syfadis www.sifadis.com - Sylfide d’Initiative Développement www.groupe-initiatives.com - "Top Class" de WBT, "Virtual U" de VLE et "Web CT" d'ULT. Voir liste actualisée sur le site de Thot : www.thot.cursus.edu

Plug & play  (brancher et jouer) : nouvelle norme pour utiliser son micro-ordinateur dès le premier branchement. Le micro-ordinateur a la capacité (relative) de reconnaître les périphériques qui lui sont adjoints et de s'adapter immédiatement pour un fonctionnement optimum. Pratique ... quand cela marche... On dit alors «Plug and Pray»

Plug-In (plugiciel ou greffon) : logiciel utilitaire qui permet d’étendre les capacités d’un navigateur* pour, par exemple, voir la télévision ou écouter de la musique (Real Audio www.realaudio.com ou Windows Média), utiliser une plate-forme de télé-formation*, activer les pages d’écran (ShockeWave ou Flash www.macromedia.com), de compresser un  fichier (ZIP www.winzip.com), lire un fichier (Acrobat Reader*) etc … Les plug-in se téléchargent directement via Internet.

P P P  (Protocol Point to Point) : mode de diffusion des informations.

Polupostage (spamming) : action néfaste qui consiste a envoyer des courriels en nombre dans les boîtes aux lettres électroniques des internautes* sans leur demander leur avis. Ce sont des «pourriels» dont les auteurs ne respectent pas la nétiquette*.

Portail  : site web* servant de porte d’entrée principale sur internet à une communauté d’internautes*. Les portails «grand public» offrent un contenu varié (information, dépêche d’actualité, petites annonces, météo, bourse, horoscope, vente en ligne, moteur de recherche, index de sites, etc …mais aussi e-mail gratuit, forum, chat, etc ….) pour attirer un maximum d’internautes* en vue de vendre des bandeaux publicitaires à des annonceurs. C’est une logique économique. Les portails «professionnels» rassemblent des informations plus ciblées, sous forme de liens, en adéquation avec la communauté visée. C’est une logique communautaire d’échange.

Portail de téléformation : site web* servant de porte d’entrée sur internet à une communauté d’internautes* inscrits dans une activité de télé-formation gratuite ou payante. Un portail de télé-formation rassemble, sur un même espace virtuel, des fournisseurs de contenus et de prestations en ligne et des «consommateurs» ou «clients» apprenants dispersés. Cette relation de fournisseur à client est de nature variable en fonction du public cible et des contenus du portail ; grand public, étudiants, stagiaires de la formation professionnelle, salariés de PME ou grande entreprise. On peut citer les principaux portails* «grand public» français avec une logique commerciale de tutorat synchrone* ou asynchrone* : "onlineformapro.fr", "toutapprendre.com", ou "net-training.fr"- Portails* anglo-saxons : "Smart Planet" (Ziff Davis) - "FT Knowledge" (Pearson Education) - "HungryMind" (UCLA) - "Netlearning" - "Viviance". 

P O P  (Post Office Protocol) : mode de transmission des messages électroniques (E-mail*). Chaque internaute se voit attribuer un compte POP et un nom de SMTP par son fournisseur d'accès*.

Progiciel (contraction de «production» et «logiciel», extension de logiciel*, didacticiel* et progiciel*) : Ensemble standard de programmes conçus pour être utilisés en vue d'une application spécifique (comptabilité, traitement de textes, publication assistée par ordinateur, conception et fabrication assistées par ordinateur, analyse statistique, gestion, etc ...).

Quality mark : référentiel qualité des Formations Ouvertes et A Distance (FOAD*) mis au point par la BAOL (British Association of Open Learning) : voir www.baol.co.uk/qualityhp.htm.

Quick Place : outil de développement d’espace collaboratif et d’échange, basé sur la technologie Lotus d’IBM. Voir, en particulier, les applications sur www.mayeticvillage.fr*

Réalité virtuelle : environnement reconstitué par ordinateur avec rendu en trois dimensions, dans lequel l'utilisateur se déplace à distance et inter-agit au moyen d'outils spéciaux, du plus simple, la souris, jusqu'aux plus sophistiqués (lunette, gant et biosenseur). La réalité virtuelle est la base des simulateurs professionnels (Airbus, EDF, armée, médecine, architecture, mode, etc ...) mais aussi, et surtout, des ressources ludo-culturelles.

Real Player : logiciel plug-in* (Real Audio et Real Vidéo) édités par la société Real.com utile pour écouter la radio et voir la télévision sur un poste connecté sur Inter-net. Disponible en le téléchargeant sur www.realaudio.com. Contrairement à son concurrent, «Windows media player» de Microsoft qui ne fonctionne que sous Windows, Real Audio et Real Vidéo fonctionnent sous différents systèmes d’exploitation*.

Réseau (Network) : ensemble d'ordinateurs (micro ou mini) ou de terminaux connectés entre eux, soit localement (Intranet), soit à distance (Internet) pour permettre le partage des ressources physiques (équipements) ou intellectuelles (programme et données). Les réseaux s'appuient sur des technologies analogiques (réseau actuel du téléphone) et des technologies numériques* (câble, fibre optique ou satellite).

Réseau à haut débit : Réseau Numérique à Intégration de Service large bande pouvant véhiculer simultanément voix, images, vidéos, et données pour des applications multimédias. RNIS (Réseau Numérique à Intégration de Service) : Le premier RNIS disponible en France est le réseau Numéris de France Telecom, réseau sur lequel peuvent circuler des informations multimédias sur un ou plusieurs canaux à la vitesse de 64 Kbits/s. Fortement concurrencé par la nouvelle technologie ADSL*

Ressource pédagogique : Une ressource pédagogique est composée d’un contenu adéquat et ciblé (visant à répondre à un besoin identifié) et un contenant adapté assurant la médiatisation (support, unique ou multiple, comme le papier, le support magnétique ou le support numérique). Cette ressource permet, dans une interaction apprenant-appreneur (synchrone* ou asynchrone*, présentielle ou distante), de mettre en oeuvre une intention dans l’exposition, la transmission, l’appropriation ou le partage d’un savoir ou d’une connaissance.

SCSI : référence d’une carte de connexion des périphériques tels que des scanners, des modems, des disques durs externes, des imprimantes, des appareils de photos ou vidéos numériques, des lecteurs de disquettes, de zip ou autres… En concurrence avec les nouveaux ports de type USB*, plus performants.

Serveur : Ordinateur (micro ou mini) contenant des informations consultables à distance par d'autres postes communicants ayant le même protocole de communication. Un serveur est caractérisé par sa capacité à établir des connexions simultanées (de quelques unités pour un BBS* régional, à plusieurs milliers, voire millions  pour le 3611 de France Telecom par exemple).

Service en ligne : Accès aménagé à un réseau proposé par une société contre paiement. Les plus célèbres sont Wanadoo* (www.wanadoo.fr), Club-Internet (www.club-internet.fr), AOL (www.aol.fr), ou Tiscali (www.tiscali.fr), mais aussi, 9 TELECOM  (www.9telecom.fr), CARIO (www.cario.fr), CHELLO (www.chello.fr) - FREE (www.free.fr), NOOS (www.noos.fr), NUMERICABLE (www.ncnumericable.com) - TELE 2 (www.tele2.fr), etc ... Ces services proposent tous des passerelles vers Internet* et ses fonctionnalités. En général, les débutants préfèrent commencer avec ce type de service. Dans un second temps, ils préfèrent se connecter directement via un fournisseur d'accès* qui propose en général des conditions de connexion plus dépouillées mais plus efficaces (meilleur débit, coût, fiabilité, etc ...) et, de plus en plus souvent, gratuites !

Shareware (voir aussi Freeware) : Logiciel gratuit dans un premier temps, accessible, soit par téléchargement, soit par envoi postal classique, mais qui fait l'objet du versement forfaitaire d'un droit en cas d'utilisation régulière. C'est aussi une nouvelle manière d'imposer un standard pour les éditeurs à taille mondiale (voir Netscape). C'est aussi la possibilité pour des développeurs individuels (très nombreux et souvent jeunes) d'avoir un retour (symbolique ou financier) sur leur investissement personnel. L'utilisateur (plutôt d'origine anglo-saxonne) glisse un billet de 1$ à 50 $ dans une enveloppe à l'adresse indiquée sur le Shareware* ! En cas de non paiement de cette redevance, il y a piratage, attention ! Et cela marche !

Signet (bookmark) : adresse de sites volontairement enregistrée dans son navigateur, pour faciliter sa navigation sur Internet*.

Simulateur : didacticiel permettant la mise en situation directe de l'apprenant qui peut essayer différentes solutions et les visualiser en temps réel. Le simulateur permet également la modélisation d'un phénomène ou d'un processus qui peut être manipulé par l'utilisateur. Le simulateur autorise le changement de valeur de tel ou tel facteur, ce qui modifie l'image du monde représenté. L'apprenant peut utiliser soit des données en mémoire, soit ses propres données. Le programme donne des graphiques, des tableaux et des commentaires reprenant les données fournies, afin de représenter les effets produits. La simulation crée une situation de résolution de problèmes dans laquelle l'objectif de l'utilisateur est en général de découvrir les règles sous-jacentes par une sorte de démarche inductive. Le déroulement d’une séquence pédagogique sur un simulateur dépend de l’activité de l’apprenant.

SLIP (Serial Line Internet Protocol) : mode de connexion sur Internet.

Smiley (binette, frimousse ou ematicône) : condensé d'Emotion et d'icône. Ce sont des signes faits de chaînes de caractère représentant, vu de côté, un visage exprimant une humeur variable (pencher la tête de 90°). Ils permettent d'éviter certains malentendus dans les courriers électroniques échangés entre internautes. Ces liens émotionnels apportent un peu de fraîcheur dans des textes souvent courts et parfois abrupts. C’est un nouveau langage, universel, évolutif et visuel. Cela donne par exemple :

: - )   bonne humeur,               : - D  très bonne humeur,                        ; - )   clin d'oeil,

: - ))  très bonne humeur,             : - ))) très très très bonne humeur,            ; & )  nez bouché,

: - (   mauvaise humeur,             > : (  très mauvaise humeur,                        : - O  interrogatif ?

: - @  je hurle,                            :' - ) je pleure de rire,                            :' - (  je pleure !

: - w  langue de vipère,               : -*   Bisous,                                                 : - /  suis sceptique !

: - b  surfeur tirant la langue ! % - ) surfeur avec trop d'heures passées devant son micro !

@ : -] mon coiffeur m’a raté !     3 :-O une vache avec ses cornes     :-----] mentir comme Pinocchio

B - )  cybertouriste ou surfeur portant des lunettes de soleil !              8- ] à ne pas en croire ses yeux !

voir aussi http://www.chez.fr/jal.smiley.htm/ ou http://services.worldnet.net/djaudoin/Hpage2.shtml

SMTP : Indication de la porte d'entrée sur le réseau Internet pour envoyer ses E-mails*. C'est le fournisseur d'accès qui donne à chaque internaute, avec son adresse électronique, un compte POP* et son SMTP. A noter que l'on peut avoir plusieurs SMTP pour une même Email.

Software par opposition à "Contentware" et "Hardware " : Tout ce qui relève de la programmation ;  système d'exploitation, langage machine, didacticiel, progiciel, partagiciel, etc ... Ce sont des lignes de programme informatique.

Streaming vidéo : technologie qui permet une lecture d’un fichier numérisé en même temps que son téléchargement en optimisant le flux tendu (stream) par la gestion d’une mémoire temporaire (buffer). La lecture démarre avant le chargement complet. Les principales applications du streaming portent sur la diffusion de la vidéo via Internet* dans une logique dite de Webcast*. La qualité d’un streaming est liée à la qualité de la bande passante*. En réception, cette technologie s'appuie sur des plugs-in* tels que Real Audio ou Microsoft Player.  Voir, par exemple, http://www.canal-u.education.fr et en particulier, "profession formateur" ou TFS www.tfs.afpa.fr

Surfer : action qui consiste, en cliquant sur une icône ou un mot, à se balader de serveur à serveur sur l'ensemble du réseau Internet selon ses goûts et ses motivations. C'est l'activité principale sur le WEB*. Attention quand on surfe, il faut savoir aussi nager... pour ne pas se noyer dans l'océan d'informations d'Internet ! Les bouées de navigation sont les glaneurs*, les méta-glaneurs et les portails*.

Synchrone : modalités d'échange d'informations en direct, c’est-à-dire en temps réel ; téléphone, visioconférence*, visiophonie*, audiophonie, audiographie,  IRC Chat*, ICQ*, AIM, MSN, prise en main à distance ou partage d’applications*, ...

Système auteur : logiciel de développement de didacticiels* ou de ressources multimédias pédagogiques.

Système d'exploitation : logiciel de base assurant le fonctionnement d'un ordinateur, Mac Os, Copland, Rhapsody ou X OS pour les Macintosh, DOS pour certains PC, OS2 Warp,  Windows 3.1, NT  95, 98, 2000 , ME ou XP, Unix, Linux* (Le pingouin qui grimpe) ou le petit dernier «Be OS» pour d'autres ... Véritable chef d'orchestre du micro-ordinateur qui gère toutes les procédures standards de celui-ci. C'est une interface entre le Software* et le Hardware* pour mettre en scène le Contentware*.

Tableau blanc (White board) : écran d’un micro-ordinateur muni des fonctionnalités de dessins (palette de couleur et d’outils graphiques) et d’écriture. Ces fonctionnalités sont activables avec la souris, le clavier ou la tablette graphique. Le tableau blanc peut être activé à distance. Le tableau blanc est une des fonctions natives de Net Meeting.

Télécharger (to download et to upload) : action qui consiste, en cliquant sur une icône, à charger sur son ordinateur des données (fichier, texte, son, image ou programme), en provenance d'autres ordinateurs (micro-ordinateur ou autre). Action de plus en plus courante chez les internautes* ou cyberacteurs mais souvent limitée par des temps de téléchargement assez longs !

Témoin (cookie) : information enregistrée automatiquement, souvent à l’insu de l’internaute*, par les sites Internet sur lesquels il navigue pour pouvoir mieux l’identifier par la suite. Les sites peuvent ensuite lui proposer des services ou des contenus avec une logique marchande. Il est possible de désactiver cette fonction dans le navigateur ! D‘autres technologies équivalentes aux cookies sont en cours de développement…

Tutoriel : didacticiel se présentant comme un cours avec un parcours pré-établi. Le dialogue simule la relation entre un tuteur virtuel pour un apprentissage guidé. Le tutoriel prend en charge la présentation ou la mise à jour des informations et des connaissances, ainsi que les phases d'application avec une approche linéaire et éventuellement une phase de contrôle.

TCP / IP (Transmission Control Protocol/ Internet Protocol)  : mode de connexion sur Internet.

USB : nouvelle norme de connexion des périphériques dont on peut prédire un réel succès devant les cartes de types SCSI* ou autres. Il existe la norme USB1 et USB2. Cette dernière est automatiquement reconnue dans un environnement Windows XP

URL (Uniform Resource Locator) : adresse d'un site WEB* de la forme http*://www*.xxx.yy

UMTS : Nouvelle norme téléphonique en remplacement du GSM pour permettre aux téléphones portables de diffuser des images  et de se connecter sur Internet grâce à la nouvelle norme WAP*.

Virtuel : représentation d'une réalité ou d'un concept par numérisation sur un support multimédia.

Virus (à ne pas confondre avec un bug* ou bogue*) : programme informatique qui cherche volontairement à endommager ou à détruire d’autres programmes ou des zones mémoires d’un ordinateur «infecté», soit par contact direct avec un support (souvent une simple disquette), soit par réseau (souvent Internet). Eternel jeu de cache-cache entre le bien et le mal ! logiciel anti-virus (Mac Afee, Panda, Norton ou autres, voir http://download.cnet.com). Pour faire la différence entre les canulars, de plus en plus nombreux, et les vrais virus, toujours prendre le réflexe de vérifier les annonces de virus sur un site comme : www.hoaxbuster.com

Visioconférence : communication synchrone, intégrant le son et l'image, entre deux micro-ordinateurs communicants via le réseau Numéris* (ISDN de France Telecom). La qualité d'une visioconférence est relativement stable (128 Kbit/s, soit l’équivalent de deux canaux numériques (ligne DUO de France Telecom essentiellement). La norme des kits de visioconférence, en vigueur actuellement, est la H 320 (ou plus). Un kit de visioconférence comprend le logiciel (Picture Tell, Proshare d'Intel, Zydachron, etc ..) et un ensemble audio vidéo (Webcam* + HP + micro). La visioconférence propose aussi également des fonctions de partage d’application, de prise en main à distance, d’échange de fichiers et de tableau blanc. La qualité de la transmission est aujourd’hui relativement bonne et relativement chère ! Il existe, par ailleurs, des postes dédiés à la visioconférence, connectés, le plus souvent, à plusieurs lignes ISDN (Numéris*). On peut aussi utiliser NetMeeting en visioconférence. Une visioconférence, qui utilise trois lignes Numéris (ie 6 canaux), est une vidéoconférence dont la qualité est proche de celle de la télévision.

Visiophonie : communication synchrone, intégrant le son et l'image, entre deux micro-ordinateurs communicant via RTC ou via Internet (RTC*, Numéris*, câble, ADSL ou autre). La qualité d'un visiophonie dépend de la bande passante* compatible entre les deux postes. Pour établir une visiophonie, il faut disposer d’un PC multimédia (HP + micro), d’un logiciel freeware* (NetMeeting de Microsoft, ShareVision de Creativ Lab,  CU-See-me, i-Visit, AIM, Yahoo Messenger ou MSN Messenger), relié à une Webcam*. Comme la visioconférence, la visiophonie propose aussi des fonctions de partage d’application, de prise en main à distance, d’échange de fichiers, de tableaux blancs* et de chat*. Aujourd’hui, pour la qualité de la transmission de la visiophonie IP via Internet (communication locale ou forfaitaire), trois cas de figure se présentent : sur ligne téléphonique RTC ; médiocre et erratique, sur ADSL ; stable et fiable, sur réseau VPN (Virtual Private Network) ADSL ; confortable.. Une visiophonie sans image devient une audiographie ! Une visiophonie peut être couplée avec un logiciel de prise en main à distance tel VNC ou pc Anywhere* de Symantec .

Visiophonie IP VPN via ADSL : communication synchrone, intégrant le son et l'image, entre deux micro-ordinateurs communicants reliés par des routeurs préalablement réglés dans une configuration de type VPN*, via Internet sur une connexion de type ADSL* Pro. Cette configuration, relativement pointue, assure une bande passante* stable et large entre les deux postes. Pour établir une visiophonie IP* VPN*, un logiciel freeware* comme NetMeeting* de Microsoft suffit avec une Webcam* reliée à un PC multimédia.

VPN (Virtual Private Network) : Configuration de type réseau virtuel privatif entre deux routeurs distants qui permet d’assurer une bande passante*, stable et large, en deux PC connectés via Internet ADSL Pro*.

WAP (Wireless Application Protocol) : Ensemble de règles permettant aux téléphones portables compatibles UMTS* de se connecter sur Internet (Web, Email, etc …).

WBT (Web Based Training) : Dispositif de formation essentiellement axé sur la formation sur le Web* sur Internet ou Intranet (voir par opposition à CBT: dispositif de formation avec des cédéroms, off line)

Webcam : périphérique de prise de vue numérique. Il s’agit d’une petite caméra, en forme d’œil, qui permet d’envoyer à un correspondant, connecté en visiophonie* ou visioconférence*, son image en temps réel. Outil indispensable (relativement bon marché) pour les accrocs de NetMeeting, Share-vision ou CU-See-me  !

Web (Toile) raccourci de World Wide Web ou WWW ou W3 : sous-ensemble d'Internet constitué par un maillage mondial de milliers de serveurs* multimédias*, avec le même protocole de communication, reliés entre eux par des liens de type hypertexte (HTML*). C’est la partie multimédia du Net*. La création du Web date de 1989.

Wanadoo : Nom du service en ligne* proposé par France Télécom totalement compatible avec Internet* et ouvert aussi vers les services Minitel. Accessible par abonnement, selon différents paliers forfaitaires, sur l'ensemble du territoire national, plus le coût d'une communication locale. Wanadoo est accessible à partir, soit d’une ligne téléphonique RTC, le câble* ou soit l’ADSL* (Netssimo). Wanadoo a pour principaux concurrents AOL France, Club Internet. De nombreux fournisseurs d’accès, plus ou moins gratuits, apparaissent : Webcast : diffusion de programmes multimédias via Internet. Début de la télévision sur Internet par opposition au Broascast (voir BBC) pour la diffusion de programmes multimédias via les chaînes hertziennes ou câblées (voir Web TV).

Weblog : il s’agit d’un site Internet*, livré en ligne*, avec une adresse* personnelle. Sur un Weblog, on trouve des publications à dimension personnelle : photo, article, carnet de bord, etc…

Web TV : 1ère chaîne de télévision diffusée uniquement sur le Web (voir Webcast).  Voir, par exemple, http://www.canal-u.education.fr et en particulier, "profession formateur" diffusé en Streaming Vidéo*.

WiFi (Wireless Fidelity) : c’est une technologie qui permet de mettre en réseau ; local ou internet, des micro-ordinateurs uniquement via les ondes radios dans la bande de  fréquence 2,4 Ghz. Le débit maximum possible actuellement est de l’ordre de 11 millions de bits* par seconde (Mbps). Des lieux publics et privés (hot spot*) s’équipent d’antenne WiFi permettant à des micro-ordinateurs portables, munis de cartes WIFI, de se connecter directement sur Internet*.

Winzip : c’est un logiciel de compression et de décompression de fichier, très utile à l’internaute actif et soucieux de ne pas encombrer la bande passante*. Winzip réduit la taille de vos fichiers pour deux grandes utilités : réduire la place occupée sur le disque dur (archivage et optimisation de place de certains de vos fichiers) et faciliter les échanges de fichiers via des envois sur Internet, en optimisant la consommation de la bande passante. C’est un shareware* que l’on peut se procurer sur : www.winzip.com, en version anglaise et  www.idepro.fr/presentationwinzip.hrm en version française. 

Wired : branché ! J'internet, donc je partage ! L'union fait la force, le partage l'intelligence ... On dit qu'Internet* est "l'enfant naturel" des militaires américains et du mouvement hippies des années 1960. Aujourd'hui, c'est devenu un adolescent en pleine croissance, curieux de tout et de rien, bavard, provocateur, consommateur, de plus en plus, encore et toujours idéaliste..., plus ou moins !

XML (eXtensive Markup Language, voir HTML) : XML est une spécification internationale de langage informatique du sous ensemble SGML (Standart Generalized Markup Language). Les échanges d'informations sont facilités dans la mesure où ils sont réalisés en séparant les données des informations des présentations de celles-ci, contrairement au HTML qui couple les informations et les données d'une page.

XHTML : voir XML

Zipper (voir Winzip) : Zipper permet d'économiser la bande passante*, et çà, c'est «néttiquement»* bien !

 


Internet  comme

Informatiquement

Interminablement

Interactivement

Indiscrètement

Inégalement

Illégalement

Inutilement

Infantilisant

Inquiétant

Irritant

Idiot

It

Itinérant

Innovant

Informant

Important

Intelligent

Imaginant

Impliquant

Intéressant

Inévitablement

Immédiatement

Internationalement


Dessine-moi Internet !

www.cybergeography.com/atlas/atlas.html

www.mids.org/weather/

www.cs.bell-labs.com/who/ches/map/index.html

www.newmaps.com/

http::/ai.bpa.arizona.edu.start.html

http::/innvisible.net
http::/barthes.ens.fr

 

           


Magnifique invention : le micro-ordinateur !

L'une des caractéristiques de l'histoire du multimédia est de nous inviter irré-sistiblement à l'imagination.

La digitalisation de l'information implique des millions d'individus et modifie la vision de l'activité démultipliée de notre collectivité virtualisée. Sous condition, l'auxiliaire informatisé modifie la créativité du stagiaire face à l'institution et l'initiative du citoyen face à l'administration. Il enrichit et complexifie aussi la liaison de proximité entre maitre-apprenti.

Les spécialistes, parisiens, italiens, finlandais, y compris indiens, dans l'incapacité d'anticiper les fonctionnalités innovatrices du multimédia informatisé, incriminent leur théorisation inefficace, rififi ou charivari universitaires inévitables ! Voici l'invincible facilitateur techniciste qui irrite, pour illustration, dans le suivi satellitaire des itinéraires. La disparition de la pagination traditionnelle est une contribution insatisfaisante à notre patrimoine. Voici l'apparition des graffiti informatisés… Le micro-ordinateur optimise la lisibilité des dictionnaires et irise l'intelligence. L'imprimerie participe ici à l'émancipation du politique et divise ainsi les opinions. Quid de l'anticipation du multimédia dans nos organisations, nos associations ? Face à la publicité, comment l'utilisateur doit choisir, en catimini, entre les principaux logiciels pour une exploitation minimum de cette machinerie. Artifice ou libération ? Disponibilité ou aliénation ? Exploitation ou participation ?

 

Privilège d'une innovation, à tiroir et à miroir, dont l'utilité et l'efficacité immédiates s'inscrivent ironiquement dans la limite de son intégration.

Risibles écrivains : Philippe et Christine